Services en ligne

  1. Accueil
  2. Informations transversales
  3. Actualités
  4. Actualités
  5. Un projet audacieux pour sauvegarder l’ancien clocher

S'abonner au flux RSS des actualités

Patrimoine

Un projet audacieux pour sauvegarder l’ancien clocher

Découvrez, en avant-première, les grandes lignes du projet de restauration du clocher de l’ancienne église Saint-Pierre Saint-Paul. Les architectes lauréats du concours abordent comme « un trésor à révéler » cet édifice emblématique qu’ils souhaitent poser sur un miroir d’eau.

C’est le projet d’une agence spécialisée dans la sauvegarde des monuments historiques, Opus 5 Architectes, qui a séduit la municipalité par ses propositions à la suite du concours lancé pour restaurer le clocher de l’ancienne église Saint-Pierre Saint-Paul, partiellement détruite en 1968, à l’occasion de l’élargissement du carrefour (voir Colombes le Mag N°25, page 22).

 

APPEL AUX DONS
Ce programme de 1,5 million d’euros HT engagé par la Ville de Colombes est soutenu par le département des Hauts-de- Seine (à hauteur de 500 000 €), la Drac Ile-de-France au titre des Monuments historiques. Devenez mécène en y contribuant vous aussi. Les dons ouvrent droit à des avantages fiscaux et différents privilèges. Une quarantaine de promesses ont déjà été réalisées.

 Tous les renseignements au 01 47 60 81 29 ou à l'adresse mail : clocherdecolombes@mairiecolombes.fr

Huit cents ans de soubresauts multiples

« Un monument, c’est avant tout une mémoire, un avertissement, c’est à cela que nous songeons en intervenant sur Saint-Pierre Saint-Paul de Colombes, vestige conservé de huit cents ans de soubresauts multiples », expliquent les architectes. « La présence de cette illustration de la construction médiévale dans cette ville moderne est une richesse. C’est incontestablement un trésor pour Colombes, trésor qu’il faut révéler et exploiter ».

Comme le souhaitait la municipalité, la « valeur de repère dans la ville » du clocher est largement prise en considération : « En venant de l’est, de l’ouest, du sud ou du nord la construction se place dans l’axe de la perspective comme un sémaphore. Cette perception en vues lointaines, à l’échelle de son cadre urbain, nous voulons l’exacerber et l’amplifier », confient les architectes.

Le projet prévoit un « socle qui met en exergue l’édifice et le magnifie », afin d’inviter les piétons à le traverser, en cheminant le long d’une ouverture dans le bâtiment, à niveau avec les rues du Bournard et de Verdun.

Un miroir d’eau pour poser l’édifice

La grande idée d’Opus 5 est d’avoir imaginé de poser l’église sur un miroir d’eau. Cet écrin spectaculaire et poétique répond en tout point à la commande de la municipalité, qui tenait à redonner tout son prestige au monument. Le piédestal du clocher reflétera les éléments de l’architecture « démultipliée sur la surface de l’eau », « sous des angles variés selon la position de celui qui l’observe ».

Un nouvel espace à se réapproprier

S’introduire sous les voûtes de l’édifice permettra de redécouvrir les sculptures encore en place qui jaillissent des chapiteaux. La richesse de la composition et le traitement nerveux des figures, dont nombre d’éléments végétaux, confèrent au décor une
qualité particulière. Opus 5 souhaite renforcer la poésie du lieu par un geste artistique fort, en confortant le rôle de repère du clocher dans le coeur de ville à travers un « phylactère », grande banderole suspendue dans l’édifice et visible de l’extérieur.
Cette proposition originale et inattendue est inspirée de l’art médiéval. Dans les tableaux du Moyen Âge, le phylactère déployait
les paroles prononcées, animant une scène, telle une bulle de bande dessinée. « Cet élément s’insinue dans les vestiges architecturaux et dialogue avec eux. Il prend ici une signification particulière puisque les chapiteaux les plus anciens de l’église Saint-Pierre-Saint-Paul conservés sont ornés de tels phylactères », expliquent les architectes.

Protection contre la dégradation

Pour sauvegarder l’ensemble des éléments existants, les auteurs du projet, spécialisés dans la restauration de nombreuses églises et cathédrales, auront recours à un solide savoir faire.
Leurs priorités : empêcher la pénétration des eaux dans les maçonneries et stabiliser les structures en état de déséquilibre.
Le chantier de restauration, qui pourra démarrer fin 2017, prévoit le terrassement et traitement des sols, le renforcement des piles, la mise en place d’étaiements et la protection des vestiges par une toiture à armature légère, en zinc, sur la croisée du transept.

500

350

Informations annexes au site

Localisation

Église Saint Pierre - Saint Paul

11, rue Beaurepaire
92700 Colombes

Situer sur la carte

Informations du bas de page

Réalisation : Stratis

https://www.colombes.fr/actualites-23.html?cHash=34b8ce326e81bc8b8f70725160e4e4cd