Services en ligne

  1. Accueil
  2. Informations transversales
  3. Actualités
  4. Yves-du-Manoir renoue avec sa légende

Dossier Paris 2024

Yves-du-Manoir renoue avec sa légende

Le 18 décembre dernier, le stade Yves-du-Manoir a été livré avec trois semaines d'avance, une fierté pour tous les acteurs impliqués dans cette prouesse. Zoom sur la mue d’un édifice historique un siècle exactement après les JO de 1924.

Il a fallu 22 mois de travaux pour redonner une nouvelle jeunesse au stade Yves-du-Manoir qui entre officiellement dans le XXIe siècle avec la rénovation de sa tribune historique, la construction de trois terrains olympiques de hockey sur gazon, de deux
bâtiments et d’équipements flambant neufs.

Pour Philippe Rozier, directeur général adjoint de la Société de livraison des ouvrages olympiques (Solideo), qui se targue de créer des ouvrages « qui durent dans le temps et qui se réinventent au service des populations », le stade départemental
Yves-du-Manoir « coche toutes les cases du cahier des charges, tant en matière de délais, de coûts, et surtout d’ambitions en matière d’environnement, d’inclusion économique et d’accessibilité ».

Le site, qui s’étend sur 18 hectares, compte désormais un terrain olympique remis aux normes, deux terrains synthétiques
éclairés pour le hockey sur gazon et une tribune attenante de 1 000 places, quatre nouveaux terrains de football et trois de rugby, tous synthétiques et éclairés, un nouvel anneau d'athlétisme et deux bâtiments neufs.

La tribune historique de 6 000 places dessinée par Louis Faure-Dujarric (1875-1943), rénovée par l’Atelier Dutrevis Architectes Associés, a retrouvé ses couleurs et son éclat d’origine.

Elle fait à présent face à un terrain synthétique de hockey sur gazon, installé pour les Jeux, et sera complétée par des  tribunes temporaires de 3 500 places, installées entre février et avril.

Pas moins de 13 500 places seront proposées durant les Jeux, promet Édouard Donnelly, directeur exécutif des opérations du comité d'organisation des Jeux (Cojop), qui se félicite d’accueillir « pour la première fois des équipes masculines et féminines », soit 24 équipes qui disputeront 76 matches devant 320 000 spectateurs.

Un stade ouvert sur la ville

« En tant qu’opérateur global sur ce projet, nous avons conçu et réalisé un ouvrage aux performances environnementales
exceptionnelles », affirme Lionel Christolomme, président du Directoire du groupe Léon Grosse.

Le site est conçu pour « s’ouvrir sur la ville », précise l’architecte Jacob Celnikier, de l’agence Celnikier & Grabli Architecte, en charge du projet : « C’est un équipement simple et brut, fluide, limpide, accueillant ».

Pensé de manière innovante, il offre une large part au bois, une nouveauté pour un projet de cette nature. Autre originalité : la création d’un espace paysager, trait d’union entre le stade et la cité, qui sera complété, après les compétitions olympiques, par la plantation d’un verger.

Performances environnementales

Avec un niveau de haute performance énergétique et un bilan  arbone réduit (label E+C-), le site cumule les atouts : 90 % des déchets sont revalorisés ; 50 % de la production d’électricité est réalisée sur place et 50 % des besoins chauds/froids seront couverts par des énergies renouvelables et des panneaux photovoltaïques.

Construit sur un terrain inondable, proche de la Seine, le stade comporte des bassins ouverts et des allées en béton drainant afin qu’aucune eau pluviale ne soit rejetée dans les réseaux communaux.

Berceau du hockey sur gazon

Le stade départemental Yves-du-Manoir comprend désormais deux nouveaux bâtiments de 4 000 m2 au total.

Conçus par les agences Celnikier & Grabli Architectes et Olgga Architectes, ils comportent vestiaires et gradins, mais aussi des locaux administratifs et techniques, deux salles de musculation mutualisées ainsi que des salles de réunion et de réception.
Le stade deviendra le berceau du hockey sur gazon en France.

Il accueillera non seulement le siège de la fédération française, mais aussi le centre national d'entraînement, la ligue Île-de-France, le comité départemental, et à terme, un club résident des Hauts-de-Seine, le Racing club de France Hockey 92 Colombes.

Présente le 18 décembre dernier, lors de la remise des clés, Isabelle Jouin, présidente de la fédération française de hockey sur
gazon, mise sur les épreuves olympiques pour faire connaître cette discipline très populaire, qui draine des millions de spectateurs, notamment en Inde et dans les pays anglo-saxons, et pour augmenter le nombre de licenciés français.

Après les Jeux programmés cet été, les publics scolaires et universitaires, des associations et des clubs sportifs, notamment le Racing Club de France Football et le Racing Club 92 Rugby, qui ont fait les grandes heures du stade Yves-du-Manoir*, pourront investir le site à nouveau… Un retour aux sources, dans des conditions optimales !

Les dates à venir !

  • 18-24 mars : Inauguration officielle du stade Yves-du-Manoir
  • 3 mai : premier entraînement des équipes de France
  • 4-5 mai : "test event" (128 athlètes sélectionnés pour les Jeux testeront les installations devant un nombre limité
    d'invités)

 

 

500

350

Informations annexes au site

Localisation

Stade Yves du Manoir

rue François Faber
92700 Colombes

Situer sur la carte

Vos élus

Fatoumata SOW

Première Adjointe en charge des Sports, des Jeux olympiques et paralympiques, des Affaires générales, Affaires métropolitaines, Egalité femmes/hommes et lutte contre les discriminations

Contacter votre élu

Stanislas GROS

Délégué auprès de Fatoumata Sow pour les manifestations sportives et la préparation des JO et Paralympiques

Contacter votre élu

Informations du bas de page

Réalisation : Stratis

https://www.colombes.fr/actualites-23.html?cHash=814c5f4321d15bdc18b44f0fc5790df6