Services en ligne

Finances

Budget 2016

Confrontée aux baisses de dotations de l’État, la ville garde le cap. Afin de ne pas augmenter les impôts, elle a opté pour la réduction de ses dépenses de fonctionnement et le maintien de ses investissements.

La baisse des dotations de l’État était déjà au cœur du débat d’orientations budgétaires, qui a eu lieu en février. En 2016, la municipalité devra à nouveau faire face à au moins 4,6 millions d’euros de pertes de recettes : 

  • diminution de sa dotation globale de fonctionnement à 21,8 millions contre 24,5 millions en 2015 (28,6 millions perçus en 2013),
  • baisse de sa dotation de compensation du départ de l’entreprise Thalès à 1,2 million d’euros au lieu des 3 millions de recettes fiscales perçues en 2013,
  • diminution de 1 million de sa dotation de compensation de la suppression de la part salaire de la taxe professionnelle par rapport à 2015. 

À cela s’ajoutent :
- la perte de la croissance naturelle de la fiscalité professionnelle qui sera transférée au Grand Paris : 300 000 euros,
- la croissance naturelle des dépenses non couvertes par l’augmentation.

 

Des économies tous azimuts

En 2016, pour ne pas augmenter les impôts des Colombiens, la municipalité poursuit sa politique de maîtrise de ses
dépenses de fonctionnement.
Tous les domaines d’action de la Ville ont été passés au peigne fin pour trouver le moyen de réduire les dépenses.

 
RÉPARTITION DES RECETTES DE FONCTIONNEMENT

 

 

 

Maîtrise de la masse salariale

En 2015, 2,7 millions d’euros ont été économisés grâce à la lutte contre l’absentéisme qui a entraîné une diminution du nombre de remplacements, mais aussi grâce à une meilleure organisation des services municipaux, qui a réduit le recours aux heures supplémentaires, à une plus grande mobilité interne et à l’externalisation de certaines prestations. En 2016, 1,6 million d’euros supplémentaires vont encore être économisés grâce à ces mesures.

Lutte contre le gaspillage alimentaire

En 2014, la Ville jetait chaque année plus de 100000 repas scolaires non consommés. Grâce à la politique de pré-inscription et à une renégociation des prix des denrées alimentaires qu’elle achète, la commune économisera plus de 400 000 euros en 2016.

Politique active de gestion de sa dette

Profitant des taux bas, la municipalité a mené une politique active de gestion de sa dette en remboursant d’anciens contrats pour les remplacer par de nouveaux emprunts négociés à des taux bien moins élevés. Grâce à cette action, Colombes économisera 300000euros en 2016 sans payer de pénalités aux banques et sans augmenter ses risques financiers, les nouveaux contrats ayant des taux fixes.

Renégociation du marché d’éclairage public

La Ville a également renégocié les prix de son marché d’éclairage public, ce qui lui permettra d’économiser 250 000 euros par an par rapport à 2015.

Rationalisation du parc immobilier

Après avoir résilié des baux de location pour un montant de 80 000 euros en 2015, ce sont 45 000 euros supplémentaires qui seront économisés en 2016.

En parallèle, la municipalité a fait le choix de stabiliser le montant des aides qu’elle apporte aux associations. La quasi-totalité des subventions 2015 ont ainsi été reconduites à l’identique en 2016. 

Informations annexes au site

Vos élus

Rémi NOUAL

Finances, Budget, Gestion de la dette, service achat.

Contacter votre élu

Informations du bas de page

Réalisation : Stratis

https://www.colombes.fr/budget/budget-2016-1102.html