Services en ligne

  1. Accueil
  2. Mairie
  3. Finances
  4. Budget
  5. Compte administratif 2014

Finances

Compte administratif 2014

Le 5 juin 2014, la municipalité a adopté son compte administratif, lors d’une séance de conseil qui a mis en avant une situation financière particulièrement difficile qui nécessite l’intervention rapide de la Chambre régionale des comptes.

Chaque année, la Ville présente son compte administratif en conseil municipal. Contrairement au vote du budget qui a lieu en début d’année, le compte administratif présente lui les réalisations de l’année écoulée. La séance du 5 juin dernier s’inscrit donc dans la continuité de celle du 30 avril durant laquelle avait été présentée la prospective du cabinet indépendant Klopfer (voir précédent numéro). Les deux analyses mettent en évidence le même diagnostic alarmant pour les finances de la ville: un endettement trop important, passant de 110 millions en 2012 à 138 millions en 2013, et une augmentation de 15 millions d’euros des dépenses de fonctionnement en 4 ans. De plus, deux seuils d’alerte inquiétants ont été atteints cette année: le taux d’épargne brute et la capacité de désendettement de la Ville en particulier sont dans la zone rouge.

 

Une équation difficile à résoudre

 

La présentation a également mis en avant plusieurs erreurs de gestion qui handicapent les résultats financiers de la commune: une masse salariale sous-évaluée à hauteur de 38 0000€, l’absence de suivi des emprunts, des factures en souffrance représentant plus de 4 millions d’euros... La remontée progressive, sur les trois dernières années, du montant des dépenses d’investissement, menace également l’équilibre financier de la commune qui, en l’absence d’autofinancement, doit s’endetter pour investir (voir encadré).Les erreurs de gestion sont encore aggravées par les coupes budgétaires opérées par l’État sur les dotations versées chaque année aux collectivités locales. Ces sommes devraient diminuer d’un million d’euros pour l’exercice budgétaire à venir. La Ville doit donc composer avec cette baisse des recettes, tout en commençant à rembourser les emprunts contractés au cours des 6 dernières années tout en répondant aux besoins de service public des Colombiens. Comment résoudre cette équation?

 

Des solutions à mettre en œuvre rapidement

 

Dans l’immédiat, l’une des solutions envisagées par la municipalité passe par l’intervention de la Chambre régionale des comptes d’Ile-de-France (voir page suivante). Alertée par Madame le Maire, son président Gérard Terrien a répondu favorablement à cette demande urgente de contrôle. Ainsi, depuis le début du mois de juin, les conseillers et inspecteurs de la CRC procèdent en toute transparence à un contrôle en règle de la gestion financière de la commune: il s’agit d’évaluer la gestion des fonds publics sur une période allant de 2009 à 2014, d’analyser les risques, de comparer la situation de Colombes avec d’autres villes de la même taille. Ce contrôle sera réalisé de manière contradictoire par les magistrats qui associeront à cette enquête l’ancienne et la nouvelle équipe municipale.«Cet audit est mené dans un esprit de grande sérénité», assure Rémi Noual, Adjoint au maire délégué aux Finances. «Nous attendons désormais les recommandations de la Chambre régionale des comptes avec le plus grand intérêt». Quelles qu’elles soient, les solutions proposées devront être mises en œuvre rapidement, car les marges financières de la Ville sont devenues très faibles à l’heure où elle doit faire face à ses obligations: poursuite de l’opération de rénovation urbaine aux Fossés-Jean, ou encore la mise en place de la réforme des rythmes scolaires, qui a été insuffisamment budgetée par l’ancienne municipalité.

 

Les chiffres clés

137

C’est, en millions d’euros, le montant total de la dette de la Ville, un montant en hausse de 28 millions par rapport à 2012

Un million d'euros

Comme toutes les communes françaises, Colombes doit composer avec une baisse des dotations d’État, évaluée à 1000 000 en 2014

72%

En 2013, la Ville a été contrainte de financer 72% de ses dé-penses d’investissement par des emprunts et dettes assimilés

4 millions d'euros

C’est la capacité d’autofinancement actuelle de la commune, celle qui permet d’investir sans avoir à emprunter. En 2012, l’autofinancement se chiffrait encore à 14,5 millions d’euros.

Informations annexes au site

Vos élus

Rémi NOUAL

Finances, Certification des comptes.

Contacter votre élu

Informations du bas de page

Réalisation : Stratis

https://www.colombes.fr/budget/compte-administratif-2014-943.html